Hawaï, I AM AN IRONMAAAAAAN

☀️ J’ai vaincu le mythe d’hawaii ☀️


Par quoi commencer ?!
Réveil à 4h, départ à 5h de l’hôtel. Une navette Hannes nous emmène au départ. On rentre dans le parc avec Philip, première étape le « bodymarking », l’étape où on se fait coller nos numéros sur les bras. Passage à la pesée, car en cas de défaillance physique, si nous avons perdu 3% du poids de corps, les secours ne nous laissent pas repartir. Passage vers mon vélo, je mets mes petits bretzels 🥨 sur mon vélo, et quelques barres, des bidons d’eau et je gonfle mes pneus. On dépose les sacs « special need » (ravitaillement personnalisé) et on doit également déposé nos sacs d’habits propres pour après la course.

On rentre ensuite dans les sas de départ puisque cette année pas de départ en mass start. Je suis dans le sas F 19-39. Je dois attendre dans ce sas pendant 1h. 1h c’est long, c’est à ce moment précis où je me suis dit, mais qu’est ce que je fais là ? 🤯. 7h00, on peut aller dans l’eau, je me place à l’extrême gauche. 7h15, le départ retentit. Le parcours est le suivant, un aller retour dans l’océan pacifique. L’océan est un petit peu agité. Je suis au demi en 30min mais je finirai le parcours en 1h08. Le même temps qu’à Zürich. C’est pas un temps exceptionnel mais je sors de l’eau sans déficit d’énergie.

Transition en 5min, enfilage de chaussettes, crème solaire, lunettes, barres et compotes dans les poches et c’est parti. Je monte sur mon vélo et je sens directement que ça va être compliqué. En effet ça l’a été. D’autant plus que toute mon équipe de supporter devait se trouver sur le parcours vélo, mais ils m’ont loupé, un petit coup au moral de ne pas les avoir vu. Contrairement aux idées reçues, Hawaii ce n’est pas plat, 1300m de D+. On a pas monté un col mais c’est que des « toboggans », c’est vallonné. Je croise ensuite les pros, vraiment impressionnants, ils passent à une vitesse !!! Par contre heureusement pour moi, pas trop de chaleur jusqu’au demi-tour à Hawi, un vent de face 15km avant le demi-tour mais ça va. Le demi-tour se fait, je récupère mon sac special Need où je retrouve mon petit sandwich qui m’a fait énormément de bien ! 😻 Maintenant retour sur Kona. Je commence à vraiment avoir mal au ventre, mon ventre a doublé de volume. Beaucoup de vent au retour et du vent de côté. Je n’ai pas pu lâcher mon guidon pendant 20km, même boire était impossible 🥵. J’ai été forcée de m’arrêter quelques secondes pour reprendre mes esprits après avoir pris une grosse rafale qui m’a emmené contre la rambarde de sécurité ! J’arrive où mes supporters devaient être à l’aller et la surprise Marie, Léo et Catherine étaient encore présent. Quel bonheur. Il me reste 30km. C’est long, j’ai mal partout, j’en ai marre, il commence à faire vraiment très chaud et je veux aller courir.


Ce moment arrive. Quelle fierté déjà d’avoir posé le vélo dans les temps. 7h12. C’est long mais c’est mieux que Zürich, logique avec mon super Ceepo 🥰. Descente du vélo, ouille mes jambes j’ai essayé de courir pour aller à la T2 mais impossible 😂 alors j’ai pris mon temps en marchant. Même pas besoin de s’occuper de son vélo, un bénévole s’en charge ! Tip top 👌🏼
Transition 2, je laisse le casque et les chaussures de vélo, je change de chaussettes et c’est parti. Il est environ 15h30. Il y a 42km195 qui m’attendent. Problème je n’arrive pas à courir… 🤔. Je fais un rapide calcul, il me reste 8h30 pour faire 42km, si je marche tout le long à 5km/h ça passe large 😅 mais bon 8h30 c’est long. Je décide de marcher vite, je marche entre 7 et 8,5km/h donc c’est bien. Je fais les 6 premiers kms à cette allure. Les 6 suivants j’arrive presque à les faire en courant ✌🏽. C’est cool. On monte la fameuse Palani Road. Et on tourne à gauche, de retour sur l’autoroute, la Queen K. Je décide d’écouter François, de courir dans les descentes et marcher vite le reste du temps. Cette stratégie dure 2 descentes, 5kms. Et là, c’est le drame. Tête qui tourne, envie de vomir, mal au ventre, je vois de moins en moins bien et la nuit commence à tomber. Je commence à vraiment avoir peur. Peur de faire un malaise, que mon corps me dise stop. Parce que mine de rien, à 18 ans enchaîner une telle saison, ça a des répercutions. Je me mets une phrase dans la tête, un pied devant l’autre et on avance, tant que c’est possible on avance. Il fait nuit. Je me sens de moins en moins bien, mon ventre est toujours gonflé. J’ai peur aussi qu’il m’arrive un truc, de tomber dans les pommes. J’attends avec impatience de tourner à gauche pour aller dans Energie Lab et trouver le demi tour où il restera 14kms. J’ai l’impression que c’est à chaque intersection mais en fait non. J’entends une voix familière arriver derrière moi. C’est Léo, sur un vélo. Il arrive au bon moment. Il restera avec moi pour le restant de la course. Ce n’est normalement pas autorisé, mais il n’y a plus personne. C’est vraiment cool. Il me parle, m’encourage, me rassure, me conseille. Ça me motive à avancer. L’objectif est d’aller de ravitaillements en ravitaillements pour baisser ma température corporelle. Les kilomètres avancent. L’aller retour sur Energie Lab est effectué. Retour sur la Queen K. Il reste 12kms c’est court mais ça fait presque 2h encore 😂. Mais ce n’est pas grave car je me sens de mieux en mieux, je refais un essai de course à pied, je cours 300m, mais ça me coûte trop d’énergie. Je n’arrive plus à manger donc on va continuer à marcher. Je retrouve tous mes autres supporters, ils me reste 1 mile. Dont la descente de Palani. Je remets ma trifonction. Et on retourne sur Ali’i Drive. Je rentre sur le Red Carpet, et ça y est, j’y suis, cette arche d’arrivée tant attendue se dresse devant moi. C’est un moment de bonheur ! Et bien sûr j’ai l’honneur d’entendre Mike Reilley me dire : « Pauline, YOU ARE AN IRONMAAAAAAN !! Pauline is the youngest athlete today! Congratulations Pauline » 😍 tout le monde crie, m’applaudit. C’est un moment unique. Quel bonheur.
Je reçois cette magnifique médaille. Et ça clôture cette folle journée.
Pour ceux qui se demande, la suite je n’en ai aucune idée. La priorité, REPOS et récupération de cette saison qui aura contenu 2 triathlons S, un 70.3 et 2 Ironman. Mon corps n’est que courbatures et coups de soleil (même sur les mains).
Un très grand merci à tous, voir tant de monde me suivre c’est fou. Je ne m’y attendais pas. Merci aussi pour la cagnotte, sur ce coup là vous m’avez bluffé. Je suis sur un petit nuage, je n’ai pas envie d’en redescendre de sitôt.
Merci à Marc-André
Merci à @aspttmulhousetriathlon
Merci au Carré Medical
Merci à Bertrand Gherardi
Mais avant tout merci à ma famille de m’avoir aidée, accompagnée et soutenue dans ce projet ❤️
Ce résumé est vraiment long à l’image de ma course. Alors bravo à ceux qui sont arrivés au bout.
MERCI pour cette folle aventure ❤️
Paupau 🌺